Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au menu Votre mairie | Aller au menu pratique | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

Mairie d'APT

Menu principal

Actualités Actualités

Contenu

Accueil >  Actualités > Le doc du mois "Les armoiries de la ville d’Apt au fil des siècles"
Imprimer Envoyer à un ami

Le doc du mois "Les armoiries de la ville d’Apt au fil des siècles"

Publié le 26 septembre 2017

Notre archiviste municipal vous propose de retrouver un ou plusieurs documents, extraits du fonds archivistique et retraçant une partie de l’histoire de notre commune.

Les armoiries de la ville d’Apt au fil des siècles

Antérieurement au XVème siècle, le sceau de la ville d’Apt représentait deux hommes armés à cheval, avec cette légende : « Pugno et expugno » que l’on peut traduire par « Je combats et je repousse ». Au revers, figuraient deux hommes debout et en exergue « sigillum curie civitatis aptensis » qui signifie « sceau du conseil de la ville d’Apt. On ne connait toutefois aucune matrice, ni empreinte de cette représentation.

Sceau de la ville d'Apt de 1404 à 1656
Sceau de la ville d’Apt de 1404 à 1656

On s’accorde généralement à fixer, vers 1400, l’adoption de l’épée dans le blason de la ville. Une légende se crée à cette époque, attribuant à Jules César, la fondation de la ville. En gage de reconnaissance, celui-ci aurait offert son épée à la cité. La première représentation de l’épée, accompagnée du ceinturon, date de 1404 et figure sur une cloche de l’église cathédrale Sainte-Anne.

L’édit royal du 20 novembre 1696 oblige toutes les communes du royaume, à faire enregistrer leurs armes dans l’Armorial général de France, dont Charles d’Hozier, conseiller du roi, est institué comme gardien. Les édiles de la cité aptésienne se conforment à la volonté de Louis XIV qui trouve ainsi une

Sceau de la ville en 1776
Sceau de la ville en 1776

solution pour se procurer des ressources indispensables à ses grandes dépenses. La ville paye 100 livres pour les droits d’enregistrement de ses armoiries qui sont décrites et dessinées dans le tome 1 et 2 mais seulement avec l’épée. Il n’est pas fait mention du ceinturon alors que celui-ci a pourtant été adopté depuis longtemps.

Cachet de cire sur un document de 1791
Cachet de cire sur un document de 1791

L’héraldique du blason est la suivante : de gueules, à une épée d’or posée en pal, la pointe en bas, dans son fourreau de sable à la bouterolle d’or, entortillé de son ceinturon aussi de sable, lequel est muni de deux agrafes d’or.

Quant à la devise « Felicibus Apta triumphis », elle est simplement une adaptation d’un vers latin, extrait du poème de Claudien « De Bello getico » où l’on trouve ce vers « O meritum nomen felicibus apta triumphis » qui signifie « O nom mérité et apte à d’heureux triomphes ».

Représentation des armoiries de la ville d'Apt au XIXème siècle
Représentation des armoiries de la ville d’Apt au XIXème siècle

Aujourd’hui, l’aigle impérial à deux têtes, surmontant les armoiries, rappelle la longue et lointaine suzeraineté des empereurs germaniques. De part et d’autre, figurent une branche de chêne et une tige de roseau au naturel. Après la Seconde Guerre mondiale, la croix de guerre fut ajoutée au bas du blason, la ville ayant été cité à l’ordre du corps d’armée, pour les actes de Résistance dont ont fait preuve ses habitants.

En flânant dans la ville, soyez attentif, levez les yeux, peut-être apercevrez-vous des représentations de nos armoiries, elles sont nombreuses, sur certaines plaques de rues, sur les fontaines aux dauphins de la place de la Mairie, sur la façade de la caisse d’épargne, sur le fronton de la médiathèque…

Les armoiries de la ville après 1949
Les armoiries de la ville après 1949

 

 Retour á la page précédente  Haut de page