Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au menu Votre mairie | Aller au menu pratique | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

Mairie d'APT

Menu principal

Actualités Actualités

Contenu

Accueil >  Actualités > Le document du mois
Imprimer Envoyer à un ami

Le document du mois

Publié le 22 décembre 2017

Le groupe scolaire d’Apt jamais inauguré pour cause de guerre !
Chaque mois, notre archiviste municipal vous propose de découvrir, un document, un extrait du fonds archivistique qui retrace une partie de l’histoire de notre commune. Voici son histoire :


- Noël approche, moment privilégié pour les enfants dont la rentrée des classes s’est déroulée il y a un trimestre déjà… Bientôt, ce sera les vacances pour les écoliers d’Apt qui vont abandonner leur école, le temps de quelques semaines. Cette trêve des confiseurs - expression bien à propos pour notre commune que d’aucuns ont qualifié de chaudron à confitures - nous donne l’occasion d’aborder la construction d’un bel édifice scolaire : le groupe aujourd’hui dénommé Giono-Bosco.

Des écoles en ruine

Le 14 mai 1908, l’architecte de la ville fait un état des lieux alarmant des bâtiments des écoles primaires des filles et des garçons qui sont « en très mauvais état, mal aménagés, en ruine, avec des cours [de récréation] insuffisantes ». L’école de garçons se trouve alors à Saint-Babylas, à l’est du jardin public, lieu de verdure récemment aménagé. Les locaux sont « étroits, incommodes, mal éclairés et mal aérés ». La cour présente une surface de 600 m² environ pour 230 élèves, ce qui est réellement insuffisant. L’école de filles est située dans le même quartier et au sud du jardin public. Même si l’emplacement est « commode, vaste, bien aéré et entouré de grands arbres », les locaux scolaires sont dans un état des plus lamentables, étroits, aérés seulement par des petites ouvertures et « enchevêtrés les uns dans les autres ». De plus, la cour est spacieuse mais n’a pas de clôture, « ce qui présente un inconvénient très grand pour la bonne garde des enfants ». Un point positif est à signaler, le bâtiment est composé d’une partie neuve qui n’a jamais été terminée et d’une ancienne ferme dont l’état de vétusté présente de sérieux dangers. Point positif donc mais à nuancer…

1
1

Ancienne école de filles - vers 1910 (côté sud) Carte postale représentant la vieille ferme accolée à une portion de bâtiment commencée vers 1880 et ensuite abandonnée

Du côté nord de l’école, les bâtiments se trouvent dans un état de vétusté, l’intérieur est délabré et plusieurs ouvertures ne disposent même pas de fenêtres.

Le jardin public et le côté nord de l’ancienne école de filles - vers 1910

Les réparations sont d’une extrême urgence. Avec son rapport du 14 mai 1908, l’architecte de la ville d’Apt joint les « plans, élévations, coupes et dessins de détails » pour le projet dénommé « construction d’un groupe scolaire comprenant école primaire de garçons, école primaire de filles et cours complémentaire de filles ». Le plan aquarellé en accordéon, conservé aux archives municipales, sous la côte 4 M 5, mesure plus de 8 mètres de long. Il est d’une précision remarquable et d’une beauté exceptionnelle. L’architecte va jusqu’à dessiner les bureaux destinés aux écoliers.

Dessin de la partie centrale du bâtiment créé

Dessin du portail principal et de ses grilles

Dessin du type de bureau dont seront dotés les écoliers

Étude de la nouvelle construction

Dans la nouvelle construction, le bâtiment existant est conservé pour moitié en ce qui concerne le gros œuvre. Le rez-de-chaussée est simplement aménagé. La toiture est conservée. Quant à la façade sud, celle-ci est entièrement démolie pour être reconstruite.
- L’école de garçons L’école de garçons occupe entièrement l’aile droite du bâtiment et comprend sept classes pour une capacité de 250 élèves, sans oublier un cabinet pour le directeur, une bibliothèque et un réfectoire. La classe du directeur est placée en avancement sur les autres, « permettant de surveiller la cour, les lavabos, fontaines et l’entrée des élèves ». Le préau mesure 23 mètres de long sur 6 de large, il est entièrement supporté par des colonnes en fonte et a une surface de 138 m², à laquelle il convient d’ajouter une marquise de 130 m².
- L’école de filles L’école primaire de filles occupe entièrement l’aile gauche, plus une classe qui se trouve dans la façade nord du bâtiment principal. Elle comprend six classes pour une capacité de 230 élèves et un réfectoire. Le cours complémentaire de filles Le cours complémentaire de filles avec internat occupe le bâtiment principal, monté d’un étage. Le rez-de-chaussée est entièrement affecté aux locaux scolaires et l’étage est réservé au dortoir et à l’internat.

Un projet accès sur le confort et l’innovation

À l’époque, on juge que l’emplacement de la nouvelle école est parfait puisqu’il « réunit les conditions d’hygiène, d’aération et d’altitude ». De plus, « les allées de platanes, de tilleuls qui se trouvent sur le cours Lauze de Perret et sur les boulevards National et Elzéar Pin ainsi que les nombreuses plantations du jardin public dont il se trouve entouré, lui constitue une atmosphère très hygiénique ». Pour le confort des enfants, trois cours de récréation sont créées sur une surface de plus de 3500 m². De façon générale, un effort tout particulier est axé sur l’éclairage des classes. L’architecte écrit dans son rapport « nous n’avons pas hésité à placer les fenêtres donnant l’éclairage dans la façade du midi et sous marquise, afin d’obtenir une lumière régulière ». De nombreux lavabos sont installés ainsi que 17 lieux d’aisance et six urinoirs pour les garçons. Innovation pour l’époque : un appareil de chasse d’eau fonctionnant automatiquement toutes les cinq minutes ! La mixité n’est bien évidemment pas encore à l’ordre du jour puisqu’il est précisé que « l’école de garçons se trouve entièrement séparée des locaux de l’école de filles, avec lesquelles ils n’auront aucune communication intérieure, ni partie commune ». Dans le bâtiment côté jardin public, sont installés la cuisine, le réfectoire, une salle de douche, six cabines de bain, une salle de gymnastique, une buanderie avec séchoir, des caves, des bûchers, des dépôts de charbon et le logement du concierge. Le logement de la directrice des deux écoles de filles se trouve dans l’angle sud-ouest de la cour. Comme celui du directeur, il se compose de 6 pièces dont 5 « à feu », une cave, un lieu d’aisance, un bûcher, des placards et un lieu pour servir de dépôt de balayures ! Les appartements de la directrice sont reliés électriquement à la chambre de la surveillante et au dortoir du cours complémentaire.

Dessin du logement du directeur

Calendrier des travaux

Le 10 mars 1909, des modifications sont portées sur le plan. Il faut attendre le 20 juillet 1911 pour que le projet soit « vu et approuvé par le ministre de l’instruction publique ». Le 2 mai 1912, l’annonce de l’adjudication est placardée en ville et les travaux débutent rapidement. La construction est achevée pour la rentrée 1914 malheureusement le déclenchement du premier conflit mondial annule l’inauguration.

L’édifice achevé - carte postale vers 1914

Un édifice au service de l’effort de guerre

Dès le début du mois d’août 1914 et la mobilisation générale, des garderies sont organisées dans le bâtiment par l’administration communale qui éprouve le désir « de venir en aide aux familles aptésiennes, en les déchargeant de toutes préoccupations relative à la garde de leurs enfants, dans une période où la surveillance pourrait être pour elles, particulièrement difficile ». Il existe plusieurs cartes postales de ce moment précis, les arbres viennent juste d’être plantés et l’on distingue les bérets des enfants accrochés aux porte-manteaux.

Le bâtiment tout juste achevé, côté garçons et côté filles

Rapidement, le bâtiment est mis au service de l’effort de guerre. La municipalité autorise l’installation d’une formation sanitaire comprenant 50 lits, dans l’école communale de filles, gérée par la section de la Croix-Rouge d’Apt. Les locaux sont aménagés et reçoivent des blessés au lendemain de la bataille de la Marne mais ceci est une autre histoire et pourra donner l’occasion d’écrire un autre doc du mois...

Bonnes fêtes de fin d’année à chacun de vous.

 

 Retour á la page précédente  Haut de page